pictogramme newsletter pictogramme newsletter


| Retour aux actualités et inspirations

La cohérence du corps et de l’esprit

 

Extrait du livre « Les intelligences multiples en entreprise », co-écrit par les membres et partenaires du Cercle du Leadership, livre issu des travaux annuels du CDL, édité en 2018 aux éditions Dunod.

 

Henri Vidalinc, Président de Grant Alexander

Sybille Delaporte, Directrice Conseil et Développement du Leadership

 

 

Un don naturel

 

L’intelligence corporelle ou kinesthésique est l’intelligence du mouvement. Elle permet d’établir des relations entre l’esprit et le corps, la capacité à utiliser le contrôle fin de ses mouvements pour réaliser une activité physique mais aussi d’utiliser son corps pour exprimer une idée ou un sentiment. On pensera à la précision du chirurgien, à la finesse du trait du peintre, à la dextérité du mime, à la grâce du danseur… Comme par magie. Le talent manifesté est presque indicible : « Si je pouvais vous dire ce que c’est, je ne l’aurais pas dansé », soulignait Isadora Duncan.

Dès l’enfance, ces surdoués de l’intelligence corporelle aiment bouger, chahuter, exploiter ce don qui leur est offert. Ils utilisent d’ailleurs la mise en mouvement pour acquérir des connaissances sur eux-mêmes, sur leurs capacités physiques et mentales ainsi que sur leur environnement. On peut facilement les identifier tant ils aiment et ont des facilités pour les sports mais aussi pour les jeux de construction par exemple, pour la danse bien sûr… ainsi que pour les travaux artisanaux ou ceux qui nécessitent la manipulation de matériel. En effet, toutes ces activités requièrent cette précision, cette vitesse, cette coordination physique et cette motricité globale dont la nature les a dotés et qu’ils perfectionnent dès le plus jeune âge.  

 

Manifestations de l’intelligence corporelle

 

L’intelligence et le corps sont étroitement liés et s’auto influencent. 

D’une part, le corps est reconnu comme un organisme conscient et développé en constante relation avec les autres facultés humaines. D’autre part, les fonctions conscientes et inconscientes du cerveau, telles que la mémoire et les émotions, sont liées aux schémas spécifiques musculaires. Avoir un bon niveau d’intelligence corporelle nous permet d’utiliser notre corps, de développer notre dextérité, et en quelque sorte, de présenter aux autres l’expression visuelle de nos intentions. Au service d’estimables ou pragmatiques finalités s’illustrent l’usage du langage des signes pour communiquer mais aussi l’utilisation du boulier pour apprendre à compter….

En somme, développer cette intelligence permet d’aimer et d’apprécier notre corps, de s’exprimer avec lui, de mieux l’utiliser dans toutes les activités de nos vies personnelle et professionnelle.

 

Son expression en entreprise

 

Appliquée au monde de l’entreprise, la théorie des intelligences multiples de Howard Gardner apporte de nombreux éclairages même s’il va de soi que le milieu professionnel n’accorde pas la même importance à chacune des 8 formes d’intelligences répertoriées. Bien entendu nous disposons de plusieurs de ces intelligences qui peuvent évoluer avec l’âge et les expériences de vie. L’intérêt pour l’entreprise est alors de connaître les typologies d’intelligences des collaborateurs pour constituer des équipes présentant la diversité nécessaire à l’aboutissement des projets qu’elles auront à gérer.  Ces connaissances seront également utiles au moment du recrutement, sur un poste donné, en fonction des compétences requises. Il n’est pas forcément évident de distinguer chacune de ces formes d’intelligence, ni de distinguer celles qui sont dominantes chez un collaborateur ou lors d’un entretien.

On reconnaît cependant l’intelligence corporelle par le désir de bouger, la tendance à être en mouvement constant ou à s’impliquer activement pour être bien. Celui ou celle qui la possède aura besoin de bouger, de toucher et de prendre les choses dans ses mains… ou encore d’utiliser le corps pour agir, pour résoudre des problèmes et pour communiquer de façon non verbale. 

Les pistes pour en favoriser l’expression peuvent être par exemple : faire des jeux de rôles et des jeux dramatiques, faire de l’exercice ou du théâtre, faire de l’artisanat ou planifier des événements extérieurs, danser et faire du sport, entre autres.

 

Bénéfices

 

Sauf à devenir danseur, chirurgien, ergonome ou manutentionnaire, quel rôle peut revendiquer notre corps dans notre activité professionnelle ? 

Associée à l’aisance de mouvement, elle présente d’autres atouts, notamment pour des postes de mobilité : commerciaux, managers multi sites, techniciens de maintenance… Plus qu’une prédilection pour les déplacements et l’autonomie, elle peut révéler un goût pour le changement, la capacité de passer à l’action, voire une appétence pour le risque.

La résistance physique, le sens du contact, l’aisance sur une estrade, l’élégance dans la gestuelle sont de vrais atouts pour qui veut s’affirmer dans une équipe. 

Plus on s’épanouit dans son corps, plus on acquiert de l’assurance. Cette forme d’intelligence est alors une carte maîtresse dans le jeu managérial.

 

Body Language

 

Le langage corporel, la gestuelle ou le « body language » sont indéniablement des vecteurs d’une communication positive. Ce que nous ressentons est bien plus inscrit dans notre communication non verbale – qui inclut le langage du corps – que dans les mots que nous utilisons. Lorsque tous les signaux – expressions faciales, posture, geste, ton de la voix, et les mots – racontent la même histoire, nous pouvons alors être assurés que ces signaux sont une expression correcte de ce que la personne ressent. En revanche, lorsque différents signaux racontent en même temps différentes histoires, nous suspectons que la personne est en conflit avec elle-même, inconfortable, ou même qu’elle essaie de cacher quelque chose. Sa communication non verbale et notamment celle du corps la trahit bien malgré elle. Car si ce langage non verbal est assez largement pré-conscient pour celui qui l’exprime, il est bel et bien perceptible pour les autres. Faire preuve « d’intelligence non-verbale » améliore la qualité de nos interactions, voire désamorce des situations conflictuelles. Selon la célèbre formule de Paul Watzlawick « On ne peut pas ne pas communiquer ».

Mais si une partie de notre communication non verbale n’est pas consciente, peut-on la maitriser ?

Il est possible de travailler notre posture, nos gestes et nos expressions comme l’avocat ou le politicien… Mais quel impact aura le message si nous ne sommes pas en phase intérieurement ? La communication sera d’autant plus efficace qu’elle est alignée sur nos ressentis. 

Pour délivrer un message avec charisme, il faut s’assurer de posséder cette congruence, cette cohérence entre le verbal et le non-verbal. Il est intéressant de travailler de l’intérieur vers l’extérieur, de la pensée vers son expression et d’éviter tout processus inverse.  Dans une démarche d’introspection, il faut d’abord se mettre dans des dispositions intérieures favorables, commencer par clarifier son intention pour s’aligner sur ses motivations et ses valeurs. Pour une communication qui coule de source, il ne s’agit pas de nier ses contradictions, ni de les éliminer mais de les prendre en considération pour les réintégrer à notre conviction afin que tout soit en cohérence.